20e édition

Films et activités

Pour célébrer 20 ans de cinéma ethnographique, le FIFEQ-Montréal vous convie à l’inauguration de sa 20ème édition le 7 mai prochain au Cinéma Moderne à 18 h 30. Vous aurez l’occasion de visionner le film The Chalice: Of Sons and Daughters, un remarquable chef-d’œuvre cinématographique réalisé par l’anthropologue Catalina Tesar. Le film transporte les spectateurs.trices au cœur d’une famille rom dans un village de Transylvanie, où ils suivent la vie d’un jeune couple uni par un mariage arrangé. Le couple est soumis à la pression de leur communauté pour avoir un garçon et ainsi maintenir dans la famille le calice, coupe d’argent transmise aux fils exclusivement.

Après la projection, le FIFEQ-Montréal vous convie à un souper à l’URSA Mtl, fier partenaire de cette édition spéciale. Nous vous offrirons un repas délicieux comprenant des options végétariennes et véganes pour satisfaire tous les palais. Mais ce n’est pas tout ! Après avoir savouré ce délicieux repas, préparez-vous à être ébloui par les performances envoûtantes du crew de danse Kreation, de la talentueuse pianiste Maya Nujaim et du finaliste de la voix 2023, Adam El Mouna.

La soirée se poursuivra par un DJ set du WorldWild Sound System. Ce collectif artistique, formé d’activistes et de passionnés de musique, a créé son propre système de sons dans le but de diffuser des musiques conscientes et envoûtantes du monde entier. Leur style de mixage, qui traverse le reggae, les musiques tropicales, africaines, caribéennes et sud-américaines des années 60 à nos jours, témoigne de leur amour pour les vinyles originaux et de leur engagement à emmener leur public dans un voyage musical. Ne manquez pas cette soirée et rejoignez-nous en grand nombre !

Soirée d’ouverture

Mardi 7 mai
18 h 30 | Cinéma Moderne

17 h 30 Accueil du public
18 h 30 Début de la projection

Soirée d’ouverture

Mardi 7 mai
20 h 30 | URSA

20 h Accueil du public et repas 
21 h Performances artistiques

Kishkishi : une célébration des représentations

Co-presentée avec Wapikoni Mobile et le Musée McCord Stewart

En tant que cinéaste Métis et fier ambassadeur du collectif Wapikoni, je suis ravi de présenter le programme KISHKISHI, une sélection de films autochtones soigneusement choisis qui mêlent des récits de souvenirs et de résilience. Enraciné dans la langue mitchif, KISHKISHI se traduit par « Se souvenir », rappelant de manière poignante l’importance de préserver les cultures et les mémoires des peuples autochtones.

Pour élaborer ce programme, je me suis inspiré de nos discussions sur les diverses pratiques – qu’il s’agisse de traditions culinaires, d’expressions artistiques ou d’artisanat – qui servent de réceptacle à la mémoire. Chaque film de KISHKISHI met en lumière ces pratiques, en montrant comment elles permettent de raconter des histoires et de préserver la culture. De la préparation des plats traditionnels aux formes d’art complexes transmises de génération en génération, ces films célèbrent la richesse du patrimoine autochtone et la résilience de ses peuples.

KISHKISHI s’aventure au-delà des récits conventionnels pour explorer les complexités de la représentation et de la mémoire. Alors que la plupart des films sélectionnés incarnent le thème du souvenir à travers des récits personnels et collectifs, ce programme incite également les spectateurs à réfléchir aux nuances de la représentation – ce qui est dépeint, ce qui est omis, ainsi que les dynamiques de pouvoir inhérentes à l’acte de représentation lui-même.

En tant que personne fortement impliquée dans le monde de la programmation de festivals, je reconnais le pouvoir transformateur du cinéma qui permet de combler les fossés culturels et de favoriser la compréhension. Avec KISHKISHI, mon objectif n’est pas seulement de divertir, mais aussi d’éduquer et d’inspirer des publics de tous horizons. Chaque film est un témoignage de la présence de plus en plus importante des voix autochtones dans le cinéma, amplifiant des récits qui ont longtemps été négligés ou marginalisés.

J’ai l’honneur de présenter ces programmes spéciaux au FIFEQ, en partenariat avec le Wapikoni Mobile, un studio de cinéma autochtone pionnier et une organisation à but non lucratif qui se consacre à l’épanouissement des talents autochtones. Ensemble, nous embarquons pour un voyage cinématographique au cœur du souvenir, célébrant la résistance autochtone et les prouesses des conteurs et conteuses sur le grand écran. Rejoignez-nous pour plonger dans la riche mosaïque des cultures autochtones, guidés par l’esprit de KISHKISHI – un appel à se souvenir, à réfléchir et à se réjouir de l’héritage durable des peuples autochtones du monde entier.

– Jack Belhumeur

Autochtonie

Jeudi 9 mai
18 h | Musée McCord-Stewart

17 h 30 Accueil du public
18 h Début de la projection

Séance suivie d’une présentation

Autochtonie

Vendredi 10 mai
18 h | Cinéma Public

17 h 30 Accueil du public
18 h Début de la projection

Séance suivie d’une discussion en présence des cinéastes

Rétrospective croisée Chantal Akerman / Alice Diop

Co-présentée avec Tenk.ca

Fidèle à sa mission de diffuser le cinéma du réel et de l’intime, le FIFEQ-MTL présente une rencontre inédite entre Chantal Akerman et Alice Diop. Alors que l’œuvre de la première continue d’inspirer de nouvelles générations de cinéastes tout en glissant entre les mailles des catégorisations cinématographiques, ses silences, plans-séquences et appartements étroits trouvent écho dans le cinéma de Diop, qui creuse les thèmes de l’identité, de la mémoire et des liens familiaux avec une profondeur renouvelée à chaque projet. Les films des deux cinéastes se répondent à l’occasion de programmes doubles et d’une projection-performance dans l’espace public qui ouvre un espace de résonances sensibles, formelles et thématiques.

À travers une incursion dans les banlieues parisiennes où elle a grandi, Alice Diop défie les stéréotypes pour nous livrer une vision auto-ethnographique et sans artifices des petits mondes qui s’y nichent. Sondant les interstices du quotidien avec ses plans fixes et ses cadres resserrés sur l’intimité de l’espace domestique, Chantal Akerman ouvrait de nouvelles perspectives sur la manière dont les histoires individuelles peuvent refléter et influencer des réalités collectives.

Que ce soit à travers les rues de New York arpentées par Akerman ou les quartiers traversés par le RER B emprunté par Diop, que ce soit dans les appartements bruxellois ou les cours intérieures sénégalaises, la perspective unique de ces deux cinéastes permet de révéler les faux-plis du tissu familial et social où s’amoncellent les silences de l’isolement, de la déportation, de l’exil, de la migration, du racisme systémique. Elles dévoilent ainsi les histoires invisibles de femmes, de mères, de grand-mères, de tantines, de cousines, d’immigrant·e·s, de survivant·e·s. Patientes, elles écoutent, leur donnent la parole et mêlent leurs histoires aux leurs.

Texte : Doriane Biot, collaboratrice bénévole

Rétrospective

Mercredi 8 mai
18 h 30 | Cinéma Moderne

18 h Accueil du public
18 h 30 Début de la projection

Suivi d’une discussion sur l’approche auto-ethnographique de Chantal Akerman et Alice Diop

Rétrospective

Jeudi 9 mai
17 h 15 | Cinéma Moderne

16 h 45 Accueil du public
17 h 15 Début de la projection

Atelier de création

Samedi 11 mai
11 h – 14 h | Espace Go

Pour marquer en beauté la clôture de cette 20ème édition, l’équipe du FIFEQ-Montréal vous convie  le 11 mai à 19 h sur le toit du Théâtre Rialto (ou dans le studio du Rialto en cas de mauvais temps !)  pour une dernière exploration cinématographique intitulée A Sense of Place. Ce projet met en lumière une collaboration entre plusieurs cinéastes iraniens et la fondation Wim Wenders, qui se sont engagés à explorer leurs propres conceptions du « sens du lieu » à travers une série de films éclectiques et diversifiés. La série sera précédée du court-métrage de Lisa Stevenson : Into Unknown Parts, qui examine l’expérience des Inuits contraints de quitter leurs communautés d’origine pour vivre dans un sanatorium pour tuberculeux. Au-delà d’un simple récit, le film espère capturer l’un des aspects les plus saisissants de cette dislocation : la remise en question de la possibilité de communication, à la fois verbale et non verbale.

Pendant la soirée, vous aurez l’occasion de déguster les nouvelles saveurs de Soda Rise Kombucha dans ce cadre unique, profitant d’une magnifique vue panoramique à 360 degrés sur l’île de la Tortue. Après la projection, la soirée se poursuivra avec un concert collaboratif de Fuit.es. Ces artistes proposent un projet artistique collectif mêlant des sons éclectiques et expérimentaux, créant une ambiance musicale captivante et singulière.

Ne manquez pas cette soirée et rejoignez-nous en grand nombre !

Soirée de clôture

Samedi 11 mai
20 h | Théâtre Rialto

Projection extérieure
19 h Accueil du public
20 h Début de la projection
22 h Concert collaboratif par Fuit.es

Projection organisée avec le Critical Média Lab de l’Université McGill, co-présentée avec Cinéma sous les étoiles et Festival Courts d’un Soir